Découvrez nos conférenciers!

Connaissez-vous Laurent Ballaz ?

Les jeux vidéo actifs : de nouveaux outils pour la réadaptation des enfants avec une paralysie cérébrale?

Photo_BallazL

Laurent Ballaz est Professeur assistant au Département des sciences de l’activité physique de l’UQAM, membre du groupe de recherche en activité physique adaptée (GRAPA) et chercheur au centre de recherche du CHU Sainte-Justine au sein de l’axe des maladies musculosquelettiques et réadaptation. Après un doctorat en science du sport, il a effectué son stage postdoctoral au centre de réadaptation Marie Enfant du CHU Sainte-Justine. Aujourd’hui, son programme de recherche, soutenu par le FRQS, porte sur l’évaluation du niveau fonctionnel et sur les effets de l’exercice physique chez les enfants avec un déficit moteur cérébral. Il développe actuellement un axe de recherche visant à évaluer les intérêts des jeux vidéo actifs (wii, Kinect) dans les processus de réadaptation de la fonction motrice. Parallèlement il dirige le laboratoire d’analyse de la marche au centre de réadaptation Marie Enfant.

Résumé
Les jeux vidéo actifs (JVA) ont connu un essor important en réadaptation durant les 10 dernières années. Toutefois, leurs utilisations en réadaptation pédiatrique comportent des limites importantes. Les JVA actuels ne sont pas adaptés aux capacités fonctionnelles des enfants avec une déficience physique; ces jeux étant souvent trop difficiles pour des enfants présentant des limitations motrices. En termes de sollicitations cardiorespiratoires, les JVA ne permettent pas d’atteindre les recommandations canadiennes. Dans de nombreux cas, les joueurs avec des limitations motrices produisent des mouvements compensatoires, non souhaitables du point de vue de la réadaptation, pour répondre aux exigences du jeu. Pourtant, la réadaptation par le jeu permettrait de maintenir la motivation de l’enfant, point clé de l’observance d’une thérapie physique. Après l’étude des sollicitations cardiorespiratoires et posturales induites par les jeux grands publiques, nous proposons le développement d’un prototype répondant aux limites des jeux existants. Sur la base de technologies peu onéreuses nous travaillons sur les aspects motivationnels, de spécificité de l’exercice et d’adaptation du niveau de jeu pour les enfants avec une paralysie cérébrale.

Publicités