Découvrez nos conférenciers!

Connaissez-vous Philippe Archambault ?

Utilisation de jeux-exercices pour la réadaptation du membre supérieur chez une clientèle AVC

unnamed

Philippe Archambault est professeur agrégé à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie à l’université McGill. Il est également chercheur au CRIR, site Hôpital juif de réadaptation. Après un baccalauréat en ergothérapie, il a complété sa maîtrise et son doctorat en neurosciences, sous la supervision d’Anatol Feldman à l’Université de Montréal où il a étudié le contrôle moteur et la coordination du membre supérieur chez des personnes ayant subi un ACV. Il a ensuite effectué un stage post-doctoral avec Roberto Caminiti où il a travaillé sur le rôle du cortex pariétal dans le contrôle de mouvements du membre supérieur avec changement de cible. Son travail actuel porte sur l’utilisation de la technologie pour la réadaptation du membre supérieur et pour la mobilité. Il s’intéresse à l’utilisation de la robotique pour la réadaptation de personnes ayant subi un ACV, de la réalité virtuelle pour l’entraînement en fauteuil roulant et de l’utilisation de jeux sérieux ou jeux exercices.

Résumé
La réalité virtuelle (RV) peut servir à la réadaptation du membre supérieur, en permettant la pratique de tâches fonctionnelles variées tout en offrant un feedback approprié. Nous avons évalué une suite d’applications RV développées par Jintronix Inc (Montréal, Canada) pour la réadaptation du membre supérieur, comprenant trois activités unilatérales et deux activités bilatérales, chacune avec dix niveaux de difficulté. Objectifs. 1) déterminer quelles activités, et à quel niveau de difficulté, sont appropriées pour des patients AVC selon leur degré de récupération fonctionnelle ; 2) évaluer la facilité d’utilisation des activités de RV ainsi que l’expérience subjective d’utilisation pour des patients AVC et des professionnels en réadaptation. Méthodologie. Des cliniciens (ergothérapeutes et physiothérapeutes) devaient suivre chacun entre 2 et 4 patients AVC, lors de trois sessions de 20 minutes effectuées sur le système Jintronix. Pour chaque session, nous avons enregistré le temps passé sur chaque activité, ainsi que le niveau de difficulté maximal atteint avec un score d’au moins 50%. Le niveau de déficit du bras a été mesuré à l’aide de l’évaluation Chedoke-McMaster (CM). Les patients et professionnels de réadaptation ont également complété un questionnaire sur l’utilisation du système Jintronix, basé sur un modèle d’acceptation des technologies. Résultats. Quinze cliniciens ont suivi un total de 40 patients AVC. Plus de 80% des participants (cliniciens et patients AVC) ont exprimé des sentiments très positifs par rapport aux applications de RV, ainsi que sur leur facilité d’utilisation. Pour chaque activité du système Jintronix, une corrélation significative a pu être démontrée, chez le groupe de patients AVC, entre le résultat du CM et le niveau de difficulté maximal pouvant être atteint. Conclusions. Notre étude démontre la faisabilité d’utiliser un système d’applications RV pour la réadaptation du membre supérieur en milieu clinique et fournit également des indications quant aux activités appropriées selon le degré de récupération fonctionnelle.

Publicités