Quelques jours seulement!

Kinesium flyers2

Publicités

Inscription

Bonjour à tous,

Le colloque arrive à grands pas et nous avons hâte de vous y voir en grand nombre!

*** IMPORTANT ***

Les inscriptions incluant le lunch se terminent lundi le 16 novembre. Il sera possible de vous inscrire après le 16 novembre au même tarif, mais la boite à lunch ne sera plus incluse.

À bientôt!

Découvrez nos conférenciers!

Connaissez-vous Hélène Moffet ?

La téléréadaptation à domicile : des résultats prometteurs.

Hélène Moffet_(DSC_3029)_web

Hélène Moffet est professeure titulaire et directrice du Département de réadaptation de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Elle est chercheure au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) de l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec depuis sa fondation. Spécialisée en essais cliniques et dans l’évaluation des fonctions physiques et du mouvement humain, elle s’intéresse à accroître la qualité et l’accessibilité des services de réadaptation, par le développement de nouvelles approches et l’évaluation de efficacité de celles-ci. Au cours des 10 dernières années, elle a consacré une grande part de ses activités à l’étude d’approches de téléréadaptation à domicile.

Hélène Moffet est physiothérapeute et a pratiqué sa profession pendant 6 ans avant de poursuivre ses études supérieures. Elle possède un doctorat en neurobiologie (contrôle moteur) de l’Université Laval, et a effectué des études post-doctorales en ergonomie et épidémiologie au Swedish National Institute of Occupational Health (NIOH) à Stockholm, et en épidémiologie clinique à l’Université McGill.

Résumé

La téléréadaptation à domicile (TR) s’avère une alternative prometteuse pour accroître l’efficience et la continuité des services de réadaptation. Des évidences récentes découlant du projet TelAge, un essai clinique randomisé multicentrique, soutiennent l’implantation de la TR à domicile auprès des personnes opérées pour une arthroplastie du genou en termes d’efficacité clinique et de coûts des services de réadaptation. Ces évidences nous invitent à réfléchir quant à l’implantation de telles pratiques à plus large échelle. Le succès de l’implantation de tels services demeure toutefois un grand défi, notamment en ce qui a trait au soutien des professionnels pour l’évaluation à distance de la condition des personnes et la proposition d’environnements de réadaptation motivants. Dans cette optique, nous avons développé une nouvelle plateforme de TR, la plateforme eChez-soi. Celle-ci, en plus d’assurer une communication audiovisuelle entre l’intervenant et le patient, permet d’observer et d’enregistrer, en temps réel, des paramètres biométriques et comporte un environnement de jeux interactifs. Ses composantes, sa fiabilité technique et son usabilité ont été testés auprès de patients suivis en chimiothérapie sur une période de 2 mois en raison d’un cancer du poumon. Les résultats sont encourageants et des développements se poursuivent.

La TR à domicile offre de grandes possibilités pour le maintien et l’amélioration de la fonction et de la condition physique des personnes. Les intervenants en santé sont en position clé pour identifier les populations cibles et les stades de récupération auxquels elle pourrait apporter une valeur ajoutée.

Découvrez nos conférenciers!

Connaissez-vous Philippe Archambault ?

Utilisation de jeux-exercices pour la réadaptation du membre supérieur chez une clientèle AVC

unnamed

Philippe Archambault est professeur agrégé à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie à l’université McGill. Il est également chercheur au CRIR, site Hôpital juif de réadaptation. Après un baccalauréat en ergothérapie, il a complété sa maîtrise et son doctorat en neurosciences, sous la supervision d’Anatol Feldman à l’Université de Montréal où il a étudié le contrôle moteur et la coordination du membre supérieur chez des personnes ayant subi un ACV. Il a ensuite effectué un stage post-doctoral avec Roberto Caminiti où il a travaillé sur le rôle du cortex pariétal dans le contrôle de mouvements du membre supérieur avec changement de cible. Son travail actuel porte sur l’utilisation de la technologie pour la réadaptation du membre supérieur et pour la mobilité. Il s’intéresse à l’utilisation de la robotique pour la réadaptation de personnes ayant subi un ACV, de la réalité virtuelle pour l’entraînement en fauteuil roulant et de l’utilisation de jeux sérieux ou jeux exercices.

Résumé
La réalité virtuelle (RV) peut servir à la réadaptation du membre supérieur, en permettant la pratique de tâches fonctionnelles variées tout en offrant un feedback approprié. Nous avons évalué une suite d’applications RV développées par Jintronix Inc (Montréal, Canada) pour la réadaptation du membre supérieur, comprenant trois activités unilatérales et deux activités bilatérales, chacune avec dix niveaux de difficulté. Objectifs. 1) déterminer quelles activités, et à quel niveau de difficulté, sont appropriées pour des patients AVC selon leur degré de récupération fonctionnelle ; 2) évaluer la facilité d’utilisation des activités de RV ainsi que l’expérience subjective d’utilisation pour des patients AVC et des professionnels en réadaptation. Méthodologie. Des cliniciens (ergothérapeutes et physiothérapeutes) devaient suivre chacun entre 2 et 4 patients AVC, lors de trois sessions de 20 minutes effectuées sur le système Jintronix. Pour chaque session, nous avons enregistré le temps passé sur chaque activité, ainsi que le niveau de difficulté maximal atteint avec un score d’au moins 50%. Le niveau de déficit du bras a été mesuré à l’aide de l’évaluation Chedoke-McMaster (CM). Les patients et professionnels de réadaptation ont également complété un questionnaire sur l’utilisation du système Jintronix, basé sur un modèle d’acceptation des technologies. Résultats. Quinze cliniciens ont suivi un total de 40 patients AVC. Plus de 80% des participants (cliniciens et patients AVC) ont exprimé des sentiments très positifs par rapport aux applications de RV, ainsi que sur leur facilité d’utilisation. Pour chaque activité du système Jintronix, une corrélation significative a pu être démontrée, chez le groupe de patients AVC, entre le résultat du CM et le niveau de difficulté maximal pouvant être atteint. Conclusions. Notre étude démontre la faisabilité d’utiliser un système d’applications RV pour la réadaptation du membre supérieur en milieu clinique et fournit également des indications quant aux activités appropriées selon le degré de récupération fonctionnelle.

Découvrez nos conférenciers!

Connaissez-vous Fréderic Therrien ?

COMBATTRE L’ÉCRAN PAR L’ÉCRAN – L’utilisation du mobile pour faire la promotion de l’activité physique chez les 9-13 ans  

Frederic Therrien

Directeur adjoint en communication marketing chez Québec en Forme, Frédéric est spécialiste en stratégie de marque et projets interactifs. Il tient un blogue sur le marketing numérique et la publicité. Frédéric est fondateur des Conférences Le Lab et conférencier-formateur sur l’utilisation des médias sociaux en entreprise.

Depuis 2012, M. Therrien travaille spécifiquement sur une vaste opération de marketing social qui vise à promouvoir les loisirs et les déplacements actifs chez les jeunes québécois de 9 à 13 ans.

Résumé
Il pourrait sembler paradoxal d’utiliser les écrans afin de promouvoir l’activité physique alors que c’est souvent synonyme de loisir inactif. En effet, plusieurs experts identifient la multiplication des écrans dans nos vies comme de grands responsables de l’inactivité physique. Cependant, force d’admettre que les écrans ont un attrait non négligeable auprès des jeunes, il devient difficile de les ignorer.

Si on souhaite rejoindre les jeunes insuffisamment actifs, il faut occuper les lieux où ils se trouvent. L’utilisation des technologies mobiles devient donc nécessaire. Non pas pour les divertir et les garder devant l’écran, mais bien plus pour les inciter à utiliser l’écran pour bouger.

L’application mobile développée par l’équipe de la campagne WIXX souhaite s’attaquer à cette problématique et propose sous un principe de ludification un jeu qui fait bouger.

Les jeunes doivent relever des missions, c’est-à-dire des défis actifs découpés en plusieurs étapes. En réalisant ces étapes, le jeune cumule des points, collectionne des badges et multiplie ses chances de gagner des prix WIXX.

Découvrez nos conférenciers!

Connaissez-vous Laurent Ballaz ?

Les jeux vidéo actifs : de nouveaux outils pour la réadaptation des enfants avec une paralysie cérébrale?

Photo_BallazL

Laurent Ballaz est Professeur assistant au Département des sciences de l’activité physique de l’UQAM, membre du groupe de recherche en activité physique adaptée (GRAPA) et chercheur au centre de recherche du CHU Sainte-Justine au sein de l’axe des maladies musculosquelettiques et réadaptation. Après un doctorat en science du sport, il a effectué son stage postdoctoral au centre de réadaptation Marie Enfant du CHU Sainte-Justine. Aujourd’hui, son programme de recherche, soutenu par le FRQS, porte sur l’évaluation du niveau fonctionnel et sur les effets de l’exercice physique chez les enfants avec un déficit moteur cérébral. Il développe actuellement un axe de recherche visant à évaluer les intérêts des jeux vidéo actifs (wii, Kinect) dans les processus de réadaptation de la fonction motrice. Parallèlement il dirige le laboratoire d’analyse de la marche au centre de réadaptation Marie Enfant.

Résumé
Les jeux vidéo actifs (JVA) ont connu un essor important en réadaptation durant les 10 dernières années. Toutefois, leurs utilisations en réadaptation pédiatrique comportent des limites importantes. Les JVA actuels ne sont pas adaptés aux capacités fonctionnelles des enfants avec une déficience physique; ces jeux étant souvent trop difficiles pour des enfants présentant des limitations motrices. En termes de sollicitations cardiorespiratoires, les JVA ne permettent pas d’atteindre les recommandations canadiennes. Dans de nombreux cas, les joueurs avec des limitations motrices produisent des mouvements compensatoires, non souhaitables du point de vue de la réadaptation, pour répondre aux exigences du jeu. Pourtant, la réadaptation par le jeu permettrait de maintenir la motivation de l’enfant, point clé de l’observance d’une thérapie physique. Après l’étude des sollicitations cardiorespiratoires et posturales induites par les jeux grands publiques, nous proposons le développement d’un prototype répondant aux limites des jeux existants. Sur la base de technologies peu onéreuses nous travaillons sur les aspects motivationnels, de spécificité de l’exercice et d’adaptation du niveau de jeu pour les enfants avec une paralysie cérébrale.

Découvrez nos conférenciers un à un au cours des prochains jours!

Connaissez-vous Jonathan Tremblay ?

Technologie et sport de haut de niveau : passé, présent et futur

Jonathan_Tremblay_C_cropped

Jonathan Tremblay est professeur au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal depuis 2009. Au cours des années, son expertise en préparation physique et en physiologie appliquée de l’exercice l’ont amené à travailler, à titre de consultant scientifique, avec des groupes sportifs de haut niveau dont l’équipe nationale de patinage de vitesse en courte piste, l’équipe nationale de nage synchronisée, le Canadien de Montréal et plusieurs autres. Avant sa carrière universitaire et ce, pendant presque 10 ans, il est intervenu en préparation physique auprès d’athlètes olympiques en canoë-kayak d’eau vive, patinage artistique, planche à voile, tennis, etc. Spécialiste de physiologie intégrée de l’exercice, il transmet ses connaissances et son expertise au baccalauréat et à la maîtrise dans des cours de préparation physique et de physiologie de l’exercice. Ses travaux de recherche portent autant sur la compréhension de mécanisme de régulation du métabolisme énergétique à l’exercice, de l’activité musculaire localisée et ses impacts sur la réponse cardiovasculaire et respiratoire, que sur l’optimisation de la performance sportive, le suivi de la charge d’entraînement et la réadaptation du sportif dans un contexte interdisciplinaire. Il a assumé la direction scientifique du Centre National Multisport-Montréal de janvier 2010 à mars 2012 pour ensuite effectuer la transition vers l’Institut national du sport du Québec. Il a quitté ses fonctions de directeur scientifique au printemps 2014 pour se consacrer davantage à ses travaux de recherche tout en conservant certaines activités de consultation auprès de groupes sportifs de haut niveau.

Résumé
Du sportif en développement à l’amateur et aux professionnels, la technologie change rapidement les pratiques. L’omniprésence des capteurs en tout genre dans les différents appareils électroniques qui nous entourent et collectent une myriade de données peuvent aider l’entraîneur, le personnel de soutien et l’athlète, entres autres, à individualiser, organiser et planifier leurs activités. Cette abondance d’informations risque toutefois de noyer ses utilisateurs dans un bruit difficile à interpréter et pouvant parfois mener à de mauvaises décisions. Cet exposé présentera quelques exemples de technologies des dernières années, d’autres plus récentes et à venir, nous relatant certaines erreurs d’interprétation réalisées a posteriori et la réalisation de la difficulté à choisir de manière judicieuse les sources d’informations valides et fiables dans l’atteinte des objectifs du sportif.

Mot de bienvenue!

KinésiUM est un colloque qui vise à regrouper les nombreux professionnels ayant à cœur la santé de la population. Qu’il s’agisse d’interventions professionnelles ou de projets de recherche, l’impact considérable des professionnels de la santé sur les habitudes de vie et la pratique d’activité physique de la population est au centre de ce colloque.

Pour l’édition 2015, KinésiUM offre un moment privilégié d’échanges, d’apprentissages et de réflexions sur l’utilisation des nouvelles technologies dans le rôle des professionnels de la santé.

Utilisons les technologies pour aider les gens à bouger plus et mieux!